Quels matériaux utiliser pour l’isolation de votre habitation ?4 min de lecture

Accueil > Isolation > Quels matériaux utiliser pour l’isolation de votre habitation ?
Isolants isolation

Les isolants à utiliser pour l’isolation de votre logement

Les matériaux utilisés pour l’isolation sont assez divers et vont dépendre notamment des espaces que vous souhaitez isoler ainsi que de votre budget de rénovation. Tour d’horizon des solutions les plus performantes pour votre isolation intérieure.

Les isolants minéraux

Il s’agit principalement de la laine minérale, de la laine de roche ou du verre cellulaire notamment issues de roches volcaniques, de sable ou de basalte. Majoritairement utilisées pour les toitures et les combles sous forme de rouleaux, de matelas souples ou semi-rigide ou bien encore de panneaux vrac, ils protègent très bien du froid et sont plutôt bon marché.

Assez simples à installer avec une bonne capacité de résistance dans le temps, ils bénéficient de plus de priorités anti-incendie, un atout supplémentaire non-négligeable.

Les isolants synthétiques

Le polyuréthane, le polystyrène (expansé ou extrudé), le polyisocyanurate ou la mousse phénolique sont les principaux isolants synthétiques. Ils sont utilisés sous forme de panneaux pour la plupart des surfaces à isoler : sols (planchers, dalle, terre-plein, chapes flottantes), toiture (toiture plate, toiture terrasse), murs (doublage de murs, bardage), combles.

Ils ont globalement un important pouvoir isolant pour un confort thermique élevé. Ils résistent également bien à l’eau d’où leur utilisation sur les murs ainsi qu’à la charge (utilisation pour les combles ou les planchers).

En revanche, ils résistent mal à la chaleur (au-delà de 70°) et au feu (à part le polyisocyanurate). Ils sont de plus assez nuisibles pour l’environnement (notamment en cas d’incendie) puisque fabriqués à base de chimie de chlore et de pétrole.

Les isolants naturels

Ils sont d’origine animale (laine de mouton, laine de brebis, plume de canard ) ou d’origine végétale (ouate de cellulose, laine de coton, laine de chanvre, feutre de lin agricole, liège, fibre de bois, paille ou même fibre de coco). Ce sont des isolants résistants qui conservent leurs propriétés naturelles longtemps sans se tasser et permettent à ce titre une régulation thermique et acoustique particulièrement efficace. Ils résistent bien à la chaleur ainsi qu’à l’humidité et sont naturellement plus respectueux de l’environnement. Ils peuvent être utilisés globalement pour tous les types de surface (cloison, murs, planchers, toitures intérieures, combles). La plupart de ces isolants naturels sont recyclables ou issus de sources recyclées.

Les isolants nouvelle génération

De nouveaux matériaux beaucoup moins classiques voient le jour avec la promesse de très hautes performances énergétiques. C’est le cas notamment de l’aérogel (ultra léger mais solide grâce à un procédé de transformation du gel en gaz) présenté comme 3 fois plus isolant que la laine de verre, de la peinture isolante réfléchissant les rayons infrarouges du soleil ou encore du verre recyclé (combiné à d’autres matériaux naturels) qui est très résistant dans le temps.

Enfin, la terre cuite, matériau ancestral revient en grâce sous forme de briques monomur ou de briques alvéolées pour l’isolation des murs et des façades. Sa composition à base d’argile garantit une très bonne inertie thermique ainsi qu’une régulation hygrométrique optimale. Elle présente également l’avantage de faire office à la fois de mur porteur et d’isolant.

Bien choisir son isolant en résumé

Afin de choisir votre isolant parmi toutes ces possibilités, plusieurs critères sont à prendre en considération : 

  • La conductivité thermique  c’est-à-dire la vitesse à laquelle la chaleur se propage la chaleur sur le matériau. 
  • L’épaisseur de l’isolant qui associée à la conductivité thermique déterminera la résistance thermique de l’isolant.
  • La densité de l’isolant pour retarder la pénétration de la chaleur en été et du froid en hiver.
  • Le prix qui dépendra donc aussi de l’épaisseur de l’isolant
  • La résistance dans le temps
  • Les conditions climatiques du lieu d’habitation

Laisser un commentaire