L’isolation par l’intérieur8 min de lecture

Accueil > Chauffage > L’isolation par l’intérieur

Il existe deux façons de réaliser l’isolation phonique et thermique de son logement : par l’intérieur (ITI) et par l’extérieur (ITE). Généralement, les propriétaires ou les locataires préfèrent procéder à une isolation de leur domicile par l’intérieur. Bien que l’isolation par l’extérieur soit plus efficace, elle n’est pas toujours facile à mettre en œuvre.

Isolation

Les avantages de l’isolation par l’intérieur

L’isolation intérieure permet tout d’abord de réaliser des économies d’énergies. En effet, c’est le meilleur moyen de réduire ses factures énergétiques. Elle offre également la possibilité d’optimiser le système de chauffage à l’intérieur de l’habitation. Ainsi, l’isolation intérieure permet de garder son logement chaud en hiver et frais en été en éliminant les déperditions de chaleur et les ponts thermiques. Par la même occasion, elle contribue à supprimer la condensation sur les parois, que ce soit sur les murs ou sur les fenêtres. Cette procédure d’isolation contribue par ailleurs également à la préservation de l’environnement.

D’un autre côté, l’isolation par l’intérieur est plus facile à mettre en place que l’isolation par l’extérieur car elle est réalisable en toutes saisons. D’un point de vue esthétique, isoler sa maison par l’intérieur permet aussi de cacher les défauts des murs et d’harmoniser les dimensions d’une pièce. Ainsi, le logement aura plus de valeur à la revente si ces propriétaires décident un jour de le mettre sur le marché.

La réglementation sur l’isolation intérieure

Pour réduire au maximum l’empreinte carbone de chaque foyer, les pouvoirs publics ont mis en place une législation rigoureuse pour contrôler l’isolation et réduire le gaspillage énergétique de certains logements. Les logements classés avec les étiquettes F et G, très énergivores et qualifiés de « passoires thermiques » doivent être rénovés dans les années à venir afin d’améliorer le parc immobilier français. À cet effet, deux réglementations ont été mises en place :

  • La RT Bâtiment Existant qui concerne le parc immobilier construit qu’il soit résidentiel ou tertiaire et notamment les bâtiments anciens.
  • La RT2012 qui concerne les bâtiments neufs. Même si elle est encore en vigueur, cette loi devra être remplacée par la RT 2020 au début de l’année 2022.

Ces lois ont été édictées pour exiger des performances thermiques minimales pour chaque bâtisse. Elles s’appliquent notamment au chauffage, au refroidissement, aux sanitaires, à la production d’eau chaude et à tout autre paramètre énergétique.

Ainsi, lorsque des particuliers entreprendront des travaux de rénovation énergétique dans leur foyer, les matériaux et les solutions d’isolation qu’ils auront choisis devront être conformes à ces réglementations.

Dans le cas d’une démolition et d’une reconstruction partielle d’un logement, la réglementation en vigueur sera la RT Bâtiment Existant. Dans le cas d’une extension, il faudra s’appuyer sur la notion de surface thermique ou SRT pour déterminer la légalisation a appliqué.

Les types d’isolation par l’intérieur

Procéder à une isolation par l’intérieur implique d’isoler certaines zones d’une maison ou d’un appartement pour être entièrement efficace, à savoir :

  • L’isolation des combles et de la toiture : lorsqu’ils ne sont pas correctement isolés, les combles et la toiture sont à l’origine d’au moins 30 % de déperdition de chaleur dans une maison. Il existe deux types de combles nécessitant deux méthodes d’isolations différentes, à savoir les combles perdus et les combles aménagés.
  • L’isolation des fenêtres : une bonne isolation phonique de ses fenêtres est importante pour ne pas être dérangé par les bruits extérieurs. Lorsqu’elles ne sont pas correctement isolées, les fenêtres anciennes causent entre 10 et 15 % de la déperdition de chaleur d’un logement.
  • L’isolation du sol : une mauvaise isolation thermique du sol entraine entre 7 et 10 % de la déperdition de chaleur. Une isolation acoustique dans les normes, quant à elle, permet de ne pas être gêné par les bruits du logement mitoyen ou par les bruits entre les différentes pièces d’un même logement.
  • L’isolation des murs intérieurs : procéder à l’isolation de ces murs permet de réduire considérablement sa facture d’énergie. Les murs peuvent en effet être à l’origine d’au moins 20 % de la perte de chaleur. Les coûts et les démarches des travaux seront par ailleurs moins importants dans le cas d’une ITI.

Les méthodes d’isolation sont différentes selon les parties de l’habitat. De la même façon, les professionnels à contacter ne seront pas les mêmes.

Les matériaux pour la rénovation de l’isolation intérieure

Selon les besoins et le budget, on retrouve quatre familles d’isolants thermiques et acoustiques :

  • Les laines minérales : c’est le type d’isolant le plus utilisé lors de travaux énergétiques. Sous forme de rouleaux ou de panneaux, les laines minérales sont surtout utilisées pour l’isolation des combles, des murs et du sol. On parle généralement de la laine de verre ou de la laine de roche.
  • Les isolants synthétiques : connus pour être résistants et performants, ces derniers se présentent sous forme de panneaux ou de mousses. Ce type de matériaux comme le polystyrène expansé, le polystyrène extrudé ou le polyuréthane sont utilisés pour l’isolation des murs et du sol.
  • Les isolants biosourcés : en plus d’être très respectueux de l’environnement, ces isolants d’origine naturelle offrent d’excellentes performances thermiques et acoustiques autant pour les murs que pour le sol et la toiture. Ce sont généralement les fibres, les laines et les textiles recyclés.
  • Les isolants sous vide et les isolants minces : considérés comme des isolants dernier cri, les isolants minces sont idéaux pour gagner de l’espace lors de ses travaux de rénovation énergétique.

Les étapes du chantier d’isolation intérieure

Avant d’entamer ses travaux d’isolation intérieure, il faut d’abord se pencher sur le choix d’une société RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). En travaillant avec elle, il est possible d’obtenir des subventions venant de l’État. De plus, ces derniers sont reconnus et certifiés par des organismes pour la qualité de leur prestation. Ensuite, il faudra s’atteler au choix de matériaux à utiliser parmi tous les isolants du marché. Pour faire le meilleur choix, il est préférable de se référer aux conseils des professionnels du métier, l’isolation consistant en un travail de précision pour une efficacité maximale.

Afin de garantir de bons résultats et prévenir les accidents, l’artisan ou l’équipe d’artisan devra effectuer une préparation du chantier. Elle consistera notamment à couvrir les meubles, le sol, le plafond et les murs pour les protéger. C’est seulement à ce moment-là qu’il pourra procéder à la pose du matériau isolant. Il est à noter que la société en charge des travaux devra assurer le suivi des procédures pour que le ménage concerné puisse bénéficier d’aides de l’État.

FAQ

Quelles sont les différentes aides de l’État pour l’isolation intérieure ?

Selon les revenus de chaque foyer, il est possible de prétendre à diverses subventions. On retrouve notamment MaPrimeRénov », l’aide « Habiter Mieux Sérénité de l’ANAH, l’Eco-PTZ, la prime Coup de Pouce ainsi que les CEE.

Quel est le meilleur isolant ?

Pour réduire la consommation énergétique d’une maison, un propriétaire dispose d’un vaste choix d’isolant. Cependant, le liège et la ouate de cellulose l’emportent sur tous les autres en termes de rapport qualité/prix.

Laisser un commentaire