Quelles aides pour changer ses fenêtres ?10 min de lecture

Accueil > Fenêtres > Quelles aides pour changer ses fenêtres ?
Remplacement de fenêtres

Quel financement pour changer ses fenêtres ?

Que ce soit pour moderniser un peu votre habitat ou pour des soucis d’isolation, vous serez sûrement tenté d’installer de nouvelles fenêtres pour votre logement. Toutefois, le coût des travaux peut constituer un obstacle à votre projet, notamment en sachant que le prix d’une porte-fenêtre n’est pas donné (plus de 1000 euros pour certains modèles). Par chance, vous pouvez bénéficier de diverses aides et financement pour réduire le budget à allouer au changement de vos fenêtres. Découvrons ensemble les différents programmes qui ont été mis en place à ce sujet.

Changer ses fenêtres, pour quoi faire ?

Que ce soit des fenêtres oscillo-battantes, oscillo-coulissantes, à galandage ou à soufflet, remplacer vos fenêtres présente de nombreux avantages, notamment :

  • L’amélioration de votre isolation : une maison mal isolée est loin d’être confortable. À cet effet, remplacer vos vieilles fenêtres vous permettra de vous préserver du froid glacial de l’hiver et des températures étouffantes de l’été. Cette démarche vous permettra aussi de prévenir l’apparition de moisissures sur vos murs causée par l’humidité des parois. Par ailleurs, de nouvelles fenêtres contribueront à réduire les bruits urbains dans la mesure où celles-ci sont équipées d’un double ou d’un triple vitrage.
  • Alléger votre facture énergétique : l’installation de fenêtres à double vitrage contribue à réduire de 40 % les pertes de chaleur de votre logement à l’instar d’un modèle à simple vitrage. Dans tous les cas, changer vos fenêtres supprimera les ponts thermiques autour des encadrements.
  • Ajouter une plus-value à votre logement : installer des fenêtres neuves, une porte-fenêtre, des volets, des velux ou des stores augmentera la valeur de votre habitat sur le marché de l’immobilier. En effet, ce genre de travaux sera considéré par un potentiel acheteur comme une réduction des dépenses supplémentaires relatives à la rénovation.

Les aides directes pour financer vos changements de fenêtres

Afin d’encourager les citoyens français à améliorer l’isolation de leur logement, l’État a mis en place des dispositifs de financement des travaux énergétiques. Ces dernières se présentent sous la forme de subventions destinées aux personnes en ayant besoin.

MaPrimeRenov

MaPrimRenov regroupe les anciennes mesures CITE (Crédit d’Impôts pour la Transition Énergétique) et l’aide Agilité de l’ANAH. Instaurées le 1er janvier 2020, ces dernières sont relatives à l’isolation des fenêtres et des parois vitrées et prennent la forme de réductions ou de remboursements. À l’origine, MaPrimeRenov était destinée aux foyers disposant de revenus modestes. Actuellement, elle est accessible à tous les contribuables souhaitant remplacer leurs fenêtres dans le cadre d’une rénovation énergétique. Toutefois, les travaux doivent au moins impliquer le remplacement d’un vitrage simple par un vitrage double.

La somme allouée sera différente en fonction des revenus de chaque propriétaire. Les bénéficiaires seront classés selon 4 couleurs : bleu, jeune, violet et rose. En d’autres termes, le montant de l’aide peut être de 40 euros par équipement pour les propriétaires aisés et monter à 100 euros pour les personnes en difficulté.

Quelles que soient leurs conditions, les aides de MaPrimRenov sont limitées à 20 000 euros par ménage durant 5 ans. En revanche, les travaux devront être obligatoirement réalisés par un artisan agréé RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Afin d’estimer le montant que vous pouvez percevoir pour vos travaux de changement de fenêtres, vous pouvez réaliser une simulation sur le site Faire tous pour Ma Rénov du gouvernement qui est en partenariat avec l’ADEME (Agence de la Transition Écologique).

Habiter Mieux de l’ANAH

La prime Habiter Mieux de l’ANAH est destinée aux ménages ayant un revenu modeste, qu’ils soient propriétaires bailleurs ou occupants d’un logement, et qui souhaite améliorer leurs performances énergétiques. Pour y prétendre, ces derniers devront avoir occupé le logement en question pendant plus de 15 ans. Cette subvention s’élève à 35 % du budget total des travaux pour les foyers modestes (en considérant un plafond de 7000 euros) et jusqu’à 50 % pour les foyers très modestes ou en difficulté (soit un plafond de 10 000 euros). Pour être éligible à cette aide, les travaux doivent améliorer les performances énergétiques du logement d’au moins 25 %. Cela n’est pas toujours le cas pour les fenêtres. Par ailleurs, le demandeur ne pourra pas non plus bénéficier de cette subvention s’il a déjà sollicité d’autres aides de l’État au cours des 5 années précédentes. Il n’est donc pas possible de la combiner avec l’aide à la rénovation énergétique MaPrimeRenov.

La Prime Énergie

La Prime Énergie est une aide versée au ménage par les fournisseurs d’énergie et qui permettra à ces derniers de générer des CEE (Certificats d’Économie d’énergie). Cette démarche favorise ainsi leur participation à la rénovation énergétique des bâtiments français sous peine d’être financièrement sanctionnée. Pour ce faire, ces fournisseurs, ainsi que les supermarchés qui ont suivi leur exemple (Carrefour, Leclerc, Auchan), réalisent diverses actions pour soutenir les foyers dans leur projet d’amélioration énergétique. Les subventions se présentent généralement sous forme de primes, de Chèque Énergie, de bons d’achat ou de coupons délivrés lorsque les travaux sont achevés. Tous les foyers peuvent bénéficier de la Prime Énergie. Toutefois, le montant alloué sera calculé en fonction des revenus de chacun.

Pour prétendre à cette aide, il suffit de soumettre un formulaire en ligne en amont de la signature du devis. Au même titre que les subventions précédentes, les travaux énergétiques éligibles à La Prime Énergie devront être pris en charge par un artisan RGE. Selon l’efficacité des matériaux choisis, le montant de La Prime Énergie peut grimper jusqu’à 3000 euros dans le cadre d’un changement de fenêtres. La Prime Énergie est également compatible avec les autres aides exceptées celles de l’ANAH.

Les subventions indirectes pour le changement de vos fenêtres

Dans le contexte de la rénovation énergétique d’un logement, un foyer peut bénéficier d’aides qui se présentent comme des exemptions d’impôts, un paiement en plusieurs fois ou des prix préférentiels au moment de l’achat.

L’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ)

Les foyers désireux de procéder à un remplacement de leurs fenêtres peuvent solliciter un prêt dépourvu d’intérêts pouvant atteindre 30 000 euros et qui sera remboursable sur une période de 15 ans. Les intérêts générés seront entièrement à la charge de l’État.

Pour bénéficier de l’éco-PTZ, les propriétaires devront réaliser au moins deux types de travaux différents. Dans le cas des fenêtres, les travaux doivent inclure au moins la moitié des fenêtres à simple vitrage qui permettent un accès à l’extérieur du logement (fenêtres, porte-fenêtre, fenêtres de toit, doubles fenêtres destinées à renforcer une fenêtre simple). Cette subvention englobe l’acquisition de matériel neuf, la pose de l’équipement ainsi que les coûts relatifs à l’installation.

En sa qualité de prêt classique, l’Eco-PTZ est sollicité auprès d’une banque agréé. Le chantier devra être pris en charge par un artisan RGE.

Le dispositif Denormandie

La loi Denormandie ou programme de défiscalisation Denormandie s’inscrit dans le cadre de l’amélioration énergétique du parc immobilier français. Elle permet aux propriétaires bailleurs enclins à faire ce genre de travaux d’obtenir une diminution de leurs impôts sur plusieurs années suivant la durée de la période de location du bien. Ce dispositif s’applique dans 222 villes de taille moyenne et les exemptions d’impôt peuvent aller de :

  • 12 % dans le cas d’un bail de 6 ans
  • 18 % dans le cas d’un bail de 9 ans
  • 21 % dans le cas d’un bail de 12 ans

Pour qu’un propriétaire bailleur soit éligible au programme de défiscalisation Denormandie, le coût total de ses travaux doit être l’équivalent d’au moins 25 % de la valeur totale de sa possession immobilière et ne doit pas excéder 300 000 euros. D’un autre côté, les travaux devront contribuer à améliorer les performances énergétiques du logement d’au moins 30 % et être compris dans 2 des 5 types de travaux énergétiques suivants, à savoir :

  • L’isolation des combles
  • L’isolation des murs
  • L’isolation des fenêtres
  • Un changement de chaudière
  • Le remplacement de la source d’eau chaude

La TVA 5,5 %

Si vous procédez à un changement de vos fenêtres aboutissant à une amélioration des performances énergétiques de votre maison, vous serez éligible à une réduction de TVA à 5,5 % pour la concrétisation de votre projet, celle-ci s’élevant généralement à 10 %. Afin d’en bénéficier, il vous suffira de fournir une déclaration CERFA à votre artisan. Ce dernier devra aussi procéder lui-même à l’achat des nouvelles fenêtres.

La TVA 5,5 % n’est valable que pour les propriétaires disposant d’un logement de plus de 2 ans d’ancienneté étant destiné à être habité.

Les autres financements pour changer vos fenêtres

Il est aussi possible de profiter d’aides plus ou moins directes dans le cadre d’une rénovation à l’échelle locale. Il est surtout question :

  • Des subventions d’Action Logement destinées aux foyers aux revenus modestes résidant dans des zones immobilièrement tendues. Elles se manifestent sous la forme d’une prime exceptionnelle s’élevant à des emprunts de 20 000 à 30 000 euros avec un taux d’intérêt de 1 %.
  • Des financements des collectivités locales dans le cadre de travaux de rénovation écologiques ayant pour objectif d’améliorer les performances énergétiques. C’est le cas, par exemple, de la pose de fenêtres à vitrage.
  • Des chèques énergie destinés à payer une partie des travaux de rénovation, notamment la pose de fenêtres.

Plusieurs communes offrent également une exemption totale ou partielle de taxe pour les propriétaires ayant réalisé des économies d’énergies sur une période de 5 ans suivant des travaux de rénovation énergétique. Dans ce cas, le coût des travaux devra excéder les 10 000 euros sur une année ou les 15 000 euros sur 3 ans.

Laisser un commentaire